REMONTER

Claude Ponti

Claude Ponticelli, dit Claude Ponti est un auteur et illustrateur de littérature de jeunesse.

ponti claudeVous aviez 10 ans en 1958, à quoi ressemble le petit garçon de l’époque ?
J’ai des culottes courtes, les cheveux en brosse et je ressemble à Blaise le poussin masqué.
Je passe des heures dans la forêt, ou à jouer dans le jardin. Je dessine souvent pour ne pas dire tous les jours.
Où habitiez-vous et que faisaient vos parents?
J’habite dans les Vosges depuis peu, à Étival-Clairefontaine. Là où est la papeterie de Clairefontaine. En face de la maison, il y a des prés et la forêt. Ma mère est enseignante dans l’école où je vais, et mon père est chronoanalyseur à la papeterie
À 10 ans c’est le cours élémentaire 2ème année. Comment se passait l’école ?
Je déteste. Je suis gaucher et on veut m’obliger à devenir droitier, j’écris en caractères bâtons, il faut écrire en «anglaise» (écriture liée penchée). Donc on me fait redoubler ma classe.
Ma mère raconte à l’école ce que je fais à la maison. Et elle sait aussi tout ce que je fais à l’école. Pas de repos. J’ajoute que le directeur frappe volontiers les élèves et qu’en maternelle, où va mon frère cadet, on attache les mains des enfants dans le dos pour qu’ils soient calmes.
Quelle était votre matière préférée ?
Écrire des textes et dessiner.
Un souvenir d’un instituteur en particulier ?
Mon enseignante de classe enfantine à Lunéville. C’est une enseignante novatrice. Avec elle, on dessine sur de grandes feuilles au mur, ou par terre. Avec nos doigts, des pinceaux, des chiffons, des peintures, des craies. On raconte et invente des histoires. On circule dans la classe. On peut parler. Grâce à elle, et à deux professeurs de Lycée, malgré tout, ma scolarité reste lumineuse.
Faisiez-vous du sport à l’époque et comment occupiez-vous votre temps libre ?
Non pas vraiment! J’aimais lire, dessiner, aller dans la forêt, construire des cabanes, grimper dans les arbres, rêver, contempler…
Saviez-vous à l’époque ce que vous souhaitiez faire plus tard ?
Assez tôt je veux être pompier-marchand de fromage. À 7 ans je décide d’être peintre. Je n’ai jamais plus changé.
Quelle personnalité (sportif, aventurier, journaliste etc…) aviez-vous pour modèle ou vous ont inspiré. Et pourquoi ?
À cet âge, je n’ai pas de modèle. Je passe des heures à regarder des reproductions de peintures partout où j’en trouve. Je ne vois aucun intérêt à vouloir faire autre chose que peindre.
Comment s’est fait votre éveil au monde du dessin et de l’écriture ?
J’ai toujours dessiné. Les compliments que je recevais pour mes dessins, me paraissaient logiques. Tout ce que je voulais, c’était continuer et m’améliorer.
Une couleur qui résume votre enfance ?
Toutes ! Dans les tubes et leurs infinies variations…